RadioSphere

L'actualité autour du globe
médicaments homéopathiques

L’homéopathie est une médecine alternative créée au XVIIIe siècle par le docteur allemand Samuel Hahnemann. Les traitements sont réalisés à partir de dilutions extrêmes de plantes, de substances animales ou minérales. Ils reposent sur une prise en charge globale et personnalisée des patients. On les retrouve actuellement dans presque toutes les pharmacies à travers le monde. Plébiscités pour leur innocuité, les médicaments homéopathiques sont-ils réellement dénués d’effets secondaires ?

Effets secondaires, les laboratoires se veulent rassurants

Tout d’abord, rappelons qu’une médecine alternative ne signifie pas qu’elle doit se substituer à une consultation médicale traditionnelle en cas de doute ou si les symptômes persistent. La prise de médicaments homéopathiques ne présente pas d’effet secondaire connu à ce jour ni d’interaction. Elle peut s’envisager en complément de nombreuses thérapies, y compris contre le cancer. Les substances sont tellement diluées que la communauté scientifique considère qu’il n’y a plus trace du principe actif, qualifiant les résultats de l’homéopathie comme simple effet placebo. Du point de vue de la médecine holistique, l’organisme est stimulé par une substance ultra diluée qui, à dose importante, provoque les mêmes symptômes que ceux constatés chez le patient, c’est le principe de similitude. Toutefois, des précautions sont à prendre. En effet, selon le support utilisé pour véhiculer la substance homéopathique, des intolérances peuvent exister (comprimés ou granules de saccharose ou de lactose). Les préparations à base d’alcool ne doivent pas non plus être délivrées aux femmes enceintes, enfants ou personnes en période de sevrage.

Un remède homéopathique adapté à l’état du patient

La consultation homéopathique repose sur l’individualisation. Le patient va être pris dans sa globalité. Le médecin homéopathe va considérer l’ensemble des pathologies du corps et de l’esprit. Il va s’intéresser à tous les symptômes, tant physiques que psychiques. Cette personnalisation du traitement diffère de la méthode allopathique. Le principe de similitude conjugué à une connaissance approfondie du patient, permet à l’homéopathie de mieux fonctionner et de prévenir les effets indésirables. Ceux-ci restent extrêmement rares et consistent en l’aggravation des symptômes en cas de doses trop hautes répétées. Il convient alors d’ajuster le traitement. La législation peut varier selon les pays, mais en droit français, les médicaments homéopathiques répondent à une garantie stricte d’innocuité, toute forme galénique confondue (globules, doses de granules, préparations liquides, pommades, etc.). Chaque souche, qu’elle soit issue de plantes, d’animaux ou d’origine minérale, a fait l’objet d’un contrôle. Jusqu’à présent, aucune étude n’est venue démontrer un quelconque danger lié à la prise de médicaments homéopathiques (hormis les précautions précitées). Ils sont utilisés par des millions de personnes dans le monde depuis des décennies, y compris chez de jeunes enfants ou en adjuvant de traitements lourds comme la chimiothérapie pour en soulager les effets.